Découverte de l’outillage : huiliers et pic huiles

La lubrification c’est harmoniser le fonctionnement d’un système mécanique par un dépôt d’huile ou de graisse adéquat.

Après les outils aux aiguilles, nous parlerons aujourd’hui de l’outillage nécessaire au huilage d’un mouvement. Nous parlerons de pic huiles, de huiliers et de graisses et huiles…

Le huilage est, dans toute configuration mécanique, nécessaire voir vital. Sur le plan mécanique huiles et graisses assurent un bon rendement, réduisent les frottements et évitent de ce fait une perte d’énergie. La lubrification prolonge donc aussi la durée de vie des éléments.

En horlogerie plus précisément il s’agira d’être précis sur l’endroit où déposer l’huile ou la graisse mais aussi de doser convenablement ces lubrifiants.

Une lubrification trop généreuse aura comme conséquence l’encrassement du mouvement, et un potentiel mauvais fonctionnement du mécanisme…

Et au contraire trop peu d’huile ou de graisse, ou l’oubli éventuel de points de lubrification serait néfaste pour le mouvement. Il en découlerai une usure plus rapide des composants et des performances réduites.

Le pic huile…

Pour l’heure pensons au dosage. Des outils sont là pour aider l’horloger à être précis et régulier dans sa manière de lubrifier.

Les pic huiles sont de tout petits outils qui vont vous permettre de doser très précisément la quantité d’huile déposée.

Il est composé d’un manche en plastique coloré, pour les reconnaitre et les différencier. La couleur donne l’indication de l’épaisseur du pic huile. Attention, si vous changez de marque, les couleurs peuvent êtres différentes et notifier un autre diamètre.

Puis, dudit manche sort une fine tige de métal aplati à son extrémité, et finissant légèrement en flèche. Cette pointe permettra d’attraper et de déposer une goutte de lubrifiant.

Le pic huile vous permet de répondre à une lubrification très régulière.

Les tailles les plus “classiques” sont de 0.25mm de diamètre pour le plus fin, 0.40mm, 0.50mm et 0.70mm pour le plus épais (si toutefois épais est vraiment le bon mot…).

Il est courant de se procurer un jeu complet d’un de chaque taille.

Il existe des modèles avec des pointes remplaçables si vous êtes du genre à vous attacher… Non sans blague si ca peut faire un tout petit peu moins de plastique à jeter… écologie oblige…

Si votre pic-huile a cassé, gardez-le de côté, il pourrait servir à fabriquer un petit outil de “débrouille” le moment venu…

Vous trouverez aussi des modèles de pic huiles automatiques. Vous le remplissez d’huile et il en délivre la même quantité à chaque pression. Une petite vis excentrique vous permettra d’augmenter ou diminuer la dose d’huile. Il peut faciliter la lubrification des pierres des systèmes anti-chocs par exemple.

Le huilier…

Le huilier est là pour contenir les huiles et graisses en petites quantités et pouvoir s’en servir régulièrement sans polluer un grand contenant.

Ils seront toujours refermable pour éviter que la poussière ne puisse s’y déposer. Les huiliers peuvent être en verre, bakélite, céramique ou en matières synthétiques.

Vous les trouverez souvent vendus en ensembles de trois ou quatre godets de différentes contenances. Car plusieurs huiles et graisses, ayant chacune sa spécificité, vous serons nécessaires pour lubrifier de façon optimale vos pièces.

Sur certains supports de huilier, il est possible de trouver un emplacement pour un morceau de moelle de sureau. La moelle tendre et légère de ce bois vous permettra d’y piquer vos pic huiles et surtout de les nettoyer (absorber l’huile restant sur la pointe avant de reprendre un autre lubrifiant).

Un nettoyage méticuleux du huilier doit être fait régulièrement à l’alcool.

Les huiles…

Suivant la fonction du mécanisme à huiler, le lubrifiant choisi sera différent.

Pour faire simple, vous mettez de la graisse sur les composants soumis à de fortes pressions (le mécanisme de remontage par ex.). Et de l’huile sur les éléments devant être beaucoup plus libre (comme le rouage).

De façon courante, il vous faudra deux graisses et deux huiles. Il en existe des dizaines de références différentes. Chaque horloger apprend à travailler avec certaines huiles, en rencontre d’autres au cours de sa carrière et fini par trouver ses préférences.

  • Graisse 1 : Utile notamment pour le système de remontage, vous pourrez utiliser la Moebius 9504.
  • Graisse 2 : vous pourrez utiliser par exemple de la Moebius 9415, elle est spécifique pour les échappements.
  • Huile 1 : pour les pierres du système anti-chocs, les pivots des mobiles, le mobile d’échappements ou de secondes, typiquement tous les mobiles présentant peu de couple, tous les mobiles tournant le plus rapidement, vous pourrez utiliser l’huile Moebius 9010.
  • Huile 2 : La Moebius (hp1300) est plus visqueuse que la 9010. Elle permettra le huilage du reste du rouage et quelques autres éléments. Elle peut éventuellement être remplacée par la Moebius D-5 Microgliss.
  • Epilame : (N’est pas indispensable) Cette solution évite l’étalement des gouttes d’huiles et optimise la durabilité de la lubrification de votre mouvement. Toutefois attention au nettoyage de vos pièces avant épilamage. Référez vous au préconisations techniques de votre produit.

Nous vous présentons ces huiles comme un exemple, une ligne directrice, ce sont des habitudes de travail (et non de la publicité). D’autres marques existent et seront certainement tout aussi efficaces. D’autres vous conseillerons peut-être d’autres huiles…

Concernant les points de huilages et la lubrification plus précise d’un calibre, nous nous y consacrerons ultérieurement. Et les mots techniques que nous avons abordés, comme système anti-chocs, mobile d’échappement ou pivots, pas d’inquiétude s’ils ne vous disent rien pour le moment, nous nous ferons un plaisir de vous les expliquer en détail prochainement.

En attendant, soyez à l’heure! 😉

Si vous avez aimé, vous êtes libre de le partager...
  •  
  •  
  •  
  •  

1 thought on “Découverte de l’outillage : huiliers et pic huiles

  1. sabrinaf1919 says:

    Merci pour cet article très intéressant. Je ne savais pas qu’il y avait plusieurs types d’huile dans ce domaine, mais en même temps cela paraît logique maintenant que je le sais! Merci de nous faire découvrir tous les rouages d’une montre 🙂

    Répondre

Un avis, une idée , une question... Laissez nous un petit mot!

%d blogueurs aiment cette page :