Pour en savoir plus sur le poinçon de Genève

Bonjour à tous! Aujourd’hui on continue de vous parler des certifications horlogères! Pour cette fois on met le focus sur le poinçon de Genève. De même que le COSC dont on vous a parlé la semaine dernière, le poinçon de Genève est signe d’un savoir faire de renommée mondiale. Il est synonyme d’excellence, de prestige et de luxe.

Drapeaux Genève, Image par 495756 de Pixabay modifiée

Histoire du poinçon de Genève

Comme toute réussite, l’horlogerie Genevoise, victime de son succès, eu besoin de certifier ses pièces. Afin d’éviter au consommateur de se faire duper par mal- ou contrefaçon, le grand conseil de l’état de Genève décrète la loi 1.25 en 1886.

Un bureau de contrôle des montres Genevoises sera établi. Il se chargera d’apposer le poinçon officiel de l’état représentant les armoiries du canton de Genève, à savoir l’aigle à tête couronnée et la clef d’or. Cette estampe assurera une marche régulière et durable du mouvement concerné.

Le but étant de garder le savoir faire horloger sur le territoire, seules les montres présentées par des horlogers résidents à Genève seront contrôlées. Ces mouvements pourrons, sous garantie de bienfacture, jouir de ce poinçonnage et d’un certificat l’accompagnant évidement.

La Loi sur le contrôle facultatif des montres sera revue et corrigée au fil du temps afin de s’adapter aux matériaux et techniques contemporaines. Le Laboratoire Timelab est aujourd’hui chargé de la certification « poinçon de Genève ».

Comment ca marche

Le bureau du poinçon de Genève, après une homologation des produits, maintient un contrôle continu durant toutes les étapes de fabrication des pièces.

Pour une homologation, l’entreprise déposante devra fournir des formulaires, des plans et un kit de la totalité des éléments qui composeront la montre. Les critères « Poinçon de Genève » exigés remplis, le déposant fournira alors au bureau un mouvement assemblé et un kit complet. Ces pièces feront office de référence, elles feront foi en cas de litige. Une fois tout ceci fait, la phase de certification pourra débuter.

La phase de certification est nécessaire pour chaque mouvement ou module additionnel préalablement homologué. Et permet de s’assurer, au sein de l’entreprise déposante, de la correspondance parfaite entre les pièces produites et celles homologuées. Des vérifications ont lieu à différents stades de production. Les stocks de composants, les phases d’assemblage du mouvements et les stocks de mouvements assemblés seront donc contrôlés.

Timelab doit donc garantir la conformité des mouvements par des audits réguliers dans les entreprises déposantes.

Chaque pièce finie sera contrôlée avant d’être finalement certifiée. Le protocole de contrôle final donnant lieu à la certification est défini par le « poinçon de Genève ». Cependant, la certification sera faite par un collaborateur de l’entreprise déposante, ou dans certaines conditions, au sein du bureau du poinçon de Genève.

Néanmoins, l’entreprise doit pouvoir présenter à tout moment les résultats de contrôles ou relevés de mesures. Et bien évidement le « poinçon de Genève » peut effectuer des contrôles sur les pièces au sein de son laboratoire n’importe quand afin de confirmer le respect des critères du poinçon de Genève.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment s'est passé la révision d'une montre cachant un LORSA P75A

Les critères techniques

Aujourd’hui le poinçon de Genève garanti une fiabilité exemplaire par le contrôle poussé des fonctions du mouvement. Cela comprend bon nombre de complications exceptionnelles comme des chronographes à rattrapante, quantièmes perpétuels et autres répétitions à quarts ou grandes sonneries… Ces fabuleux gardes temps seront donc testés sur un cycle.

Evidement un contrôle de l’étanchéité de ces montres est également requis pour la certification. Elle pourra être testée à l’air ou à l’eau.

De la même manière, la précision de marche sera contrôlée sur 7 jours à la fin desquels la marche ne devra pas varier de plus d’une minute.

La réserve de marche est contrôlée en position cadran haut. L’aboutissement du test devra à minima coïncider avec la valeur annoncée par l’entreprise déposante.

Encore une fois, les protocoles de test sont normalisés. Timelab s’assure de leur exécution lors de ses contrôles ponctuels.

Historiquement, le poinçon de Genève ne contrôlait que l’aspect technique par la fiabilité des mouvements. En revanche, à ce jour, jouir d’une pièce comportant le poinçon de Genève, c’est posséder une œuvre d’art à part entière.

Les critères esthétiques

Cette certification promet un aspect esthétique exceptionnel du mouvement. L’entreprise pouvant se targuer d’avoir le label « poinçon de Genève » ne laissera rien au hasard.

  • Les platines, plaques de modules supplémentaires et les ponts seront passés au crible pour voir s’il remplissent les 7 critères esthétiques exigés. Polissage, perlage, évidement côtes de Genève et autres finitions permettrons de perfectionner l’esthétique et de supprimer toute marque résiduelle d’usinage.
  • Le système réglant sera inspecté afin de vérifier si tout est respecté. Exhiber un poinçon de Genève demande, entre autre, une fixation flatteuse du spiral sur son balancier, une épaisseur et une esthétique bien définie de l’ancre d’échappement, et enfin des critères bien précis concernant le piton et la raquette.
  • Un labeur incroyable sera nécessaire pour remplir les conditions de beauté demandées pour le rouage. Anglages, polissages et autres roulages seront les bienvenus pour parfaire le composant. Pour le rouage de finissage 9 spécifications sont imposées. Les mobiles, renvois et engrenages quand à eux devront répondre à 5 critères esthétiques. Même les rubis seront sélectionnés afin de convenir pour la certification « poinçon de Genève ».
  • Les fournitures telles que les vis, les goupilles et les pièces de formes, seront elles aussi soumises à des normes esthétiques comme tout les autres composants. Le ressort fil n’aura pas sa place dans un garde temps marqué du poinçon de Genève. Ce composant sera usiné et esthétiquement adouci. Il sera parfois retouché manuellement par l’horloger lors de l’assemblage.

Au final, seule une poignée de manufactures horlogère seront capables de respecter la totalité de ces critères d’exception. Cette certification prouve l’excellence et la perfection de fabuleux gardes temps.

Voilà une belle solution pour être à l’heure si on en a les moyens… 😉

Si vous avez aimé, vous êtes libre de le partager...

Un avis, une idée , une question... Laissez nous un petit mot!