Révision de la montre Wittnauer : un nom horloger américain

On se retrouve pour le deuxième et dernier épisode de la révision de notre montre Wittnauer. Dans l’article de la semaine dernière, montre Wittnauer : partie 1 de la révision, nous avions détaillé son état au départ, les problèmes qu’elle présentait, le nettoyage plus qu’utile et enfin les retouches esthétiques qu’il lui a fallu avant de seulement envisager la suite.

Pour cette fois on vous parle du remontage du mouvement, du réglage et de l’emboitage de cette pièce originale.

Histoire de Wittnauer

On ne va pas vous raconter toute l’histoire détaillée de la marque Wittnauer, mais juste retracer quelques grandes lignes.

Après avoir débarqué en 1872 à New-York pour rejoindre son beau-frère, un horloger Suisse, Albert Wittnauer, agé de 16 ans, travaille pour des grands noms de montres Suisses comme Audemars Piguet, Longines et d’autres moins connu aujourd’hui.

Quelques années plus tard, il décide de lancer une affaire familiale aux états-unis et de faire des montres plus en adéquation avec la demande américaine. En 1885, il crée la marque Wittnauer.

En 1890, Eugène Robert, le beau frère, quitte l’entreprise et c’est avec ces deux frères et sa sœur, qu’Albert Wittnauer forme la Wittnauer Company.

Entre 1904 et 1916, les trois frères décèdent et c’est donc Martha, la sœur Wittnauer qui prend la tête de l’entreprise. Elle devient la première femme de l’histoire à diriger une entreprise horlogère.

Pendant la première guerre mondiale, Wittnauer est un des fournisseurs de montre et d’instrument de bord dans les avions.

C’est en 1918 que sort leur modèle le plus célèbre, la ALL-PROOF. Etanche, antimagnétique et résistante aux chocs, c’est une première dans l’univers des montres. La All-proof aurait été lancée de l’Empire State Building et même d’un avion selon la rumeur afin de prouver sa résistance. Certains explorateurs l’ont porté lors d’expédition en forêt amazonienne ou encore sur les sommets les plus hauts du monde.

Martha dirigera l’entreprise jusqu’en 1936. Puis la marque Wittnauer passa de mains en mains, se nommera Wittnauer Longines, puis serait finalement reprise par le groupe Bullova en 2001. Wittnauer en reste leur propriété de puis lors et des montre Wittnauer sont donc toujours produites et vendues aujourd’hui. Wittnauer Timepieces | Official Site – Wittnauer | Official Site

Publicité ancienne trouvée sur hifi-archiv.info

Le montage du mouvement

Passons enfin à la pratique!

Comme on l’avait relevé dans le premier épisode de la révision de cette montre Wittnauer, une pièce était cassée. Le sautoir de tirette, c’est le composant qui permet (ente autre) de maintenir la couronne en position de remontage ou de mise à l’heure. J’en ai donc commandé un neuf. Et après l’avoir reçu, j’ai pu commencer l’assemblage.

Une fois le mouvement lubrifié et remonté, je le passe sur le chrono-comparateur. Et là, les résultats ne sont vraiment pas terrible… Comme je le suspectais dans le précédent article, le ressort de barillet est à remplacer! C’est évident! J’ai trouvé facilement et racheté un ressort de barillet sur un site que je ne connaissais pas encore, SpareParts-Watches. Disons que pour 8 euros, je n’ai pas réfléchi longtemps.

Quelques jours plus tard, le ressort arrive et je peux le mettre à la place de l’ancien. Une grosse différence est à noter quand même… c’est un ressort beaucoup plus récent que l’ancien. Il n’a pas la même forme l’ancien en spiral et le nouveau en forme de S, (il faudrait faire un article là-dessus), et la place dans le tambour était tout juste. Je vérifie si la réserve de marche est au RDV car j’ai un petit doute… Mais effectivement c’était bien nécessaire. L’amplitude est tout de suite remontée à 280° sur les plats et 250° en position verticale.

Une fois ceci réglé, je me rend bien compte que cette pièce demandera un travail de réglage. D’abord au niveau du repère. Une fois que le repère sera corrigé, il faudra s’occuper de la marche.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment bien procéder au nettoyage de votre montre

Régler le repère

Si vous avez des difficultés avec le vocabulaire concernant la marche ou le repère, voici deux liens qui pourront vous être utile. Réglage montre : le chrono comparateur, et cet article CI, une fois ceci fait je vais essayer d’être le plus clair possible dans mes explications!

Comme sur cette pièce on a affaire à un porte-piton fixe, je vais devoir faire pivoter de quelques degrés le balancier en agissant sur la virole fixée sur l’axe de balancier. Le but final de cette manœuvre étant d’aligner l’ellipse sur la ligne entre l’axe de balancier et le centre de la roue d’échappement.

porte piton fixe mouvement 9wn ou ETA 1220
ellipse
ellipse balancier du mouvement ETA 6497
exemple de l’alignement de l’axe de balancier, l’ellipse et le centre de la roue d’échappement sur le ETA 6497

Protocole

Pour déterminer dans quel sens et de quel angle pivoter l’ensemble spiral/virole, il faudra être observateur, minutieux et persévérant. C’est très difficile à expliquer à l’écrit mais vous aurez un aperçu dans la vidéo d’aujourd’hui et je vous détaillerai tout ca dans une vidéo dédiée bientôt.

En attendant, à titre informatif, voici la procédure que j’utilise :

  1. Je désarme le mouvement, et j’attends que le balancier s’arrête. Une fois immobile, j’observe où se trouve la baguette de l’ancre par rapport aux deux butées
  2. Je tourne manuellement le balancier jusqu’à voir la baguette de l’ancre au centre des étocaux (c’est les butées de chaque côté de l’ancre). Cette position, c’est LA position (à peu de chose près) que le balancier devrait avoir au repos pour avoir un repère proche de zéro et donc un TIC-TAC régulier. Une fois la bonne position trouvée, je repère visuellement de combien de degrés j’ai tourné le balancier.
  3. Une fois l’angle « déterminé », je démonte le balancier de son pont.
  4. Je le pose sur mon tas au balancier (une plaque à trou peut faire l’affaire) et avec un tourne-virole, je modifie la position de la virole de la valeur relevée avec le balancier.
  5. Le balancier est remis en place et je teste à nouveau. Je recommence l’opération jusqu’à l’obtention d’un résultat qui me convienne. Cela peut être assez long et fastidieux car si vous souhaitez atteindre le zéro parfait, il faudra certainement vous y reprendre à plusieurs fois. Je vous rassure atteindre le zéro n’est pas une obligation.

Finalement

Concernant la montre de la vidéo, le repère, avant de bouger la virole, était aux alentours de 7ms. Après la première retouche, je suis descendu à 3.5 en moyenne sur les 6 positions de réglage. J’ai encore retouché 5 fois pour avoir le résultat de la vidéo qui est de 0.2ms, mais j’aurais pu arrêter avant. La montre aurait fonctionné tout aussi bien. Il est possible que ca réduise quelque peu les performances de la montre mais pas de façon à être gênant au porté.

Et comme le balancier s’anime après seulement quelques tours de couronne, même avec un repère de 3.5ms, j’aurais pu ne pas la démonter une fois de plus. On n’est pas à l’abri d’un dérapage qui peut se terminer par une pièce HS et le balancier est tout de même la partie la plus fragile du mouvement… Donc comme je le dis de temps en temps, le mieux est parfois l’ennemi du bien.

Au final, à mon poignet la montre est à -10s/j. ce qui est tout à fait convenable.

Concernant l’emboitage, aucun soucis de ce côté là. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, j’ai simplement eu besoin de coller le verre. Pour cela j’ai utilisé de la colle qui sèche aux UV. Le remboitage se fait par le fond de boîte. Le mouvement sera installé dedans puis on remettra le tout dans la carrure.

J’espère que les explications sont claires et assez précises. Si vous avez une question, n’hésitez pas à nous contacter directement par mail. Ou bien via Instagram, Facebook et même TikTok, sans oublier notre chaine Youtube.

Sur ce, soyez à l’heure!!! 😉

Si vous avez aimé, vous êtes libre de le partager...

Un avis, une idée , une question... Laissez nous un petit mot!