Comment bien terminer la révision de la montre Rado Diastar

Ca y est! La révision de la montre Rado Diastar est enfin terminée!! Aujourd’hui on fini donc avec le montage de la partie automatique et l’emboitage. Le tout détaillé dans des petites vidéos bien sur!

Cette fameuse Rado…

On vous fait d’abord un petit topo des sujets abordés au fil de la révision de cette montre.

Cette révision nous a permis de toucher à différentes problématiques. Et c’est une bonne chose! On termine donc avec le remontage de l’automatique et l’emboitage…

Le montage de la partie automatique

Assemblage

Ne présentant que peu de pièces, cette partie du mouvement est normalement assez rapide à assembler. Il n’y a pas de difficultés particulière. On vous a fait une petite vidéo, parce que comme toujours, l’horlogerie avec un support visuel c’est plus sympa.

Les roues du système automatique, comme on vous l’a déjà dit dans un article précédent ont été remplacées pour la plupart. Les nouvelles roues de remplacement à notre disposition sont en très bon état. Elles proviennent d’un mouvement acheté d’occasion.

Lubrification

Et pour les deux roues d’inversions, même si elles sont quasi neuves, la lubrification est à refaire. Quand elle sont neuves, elles sont pré lubrifiées. C’est-à-dire que certains, ou tous les éléments qui les composent sont déjà huilés lors de leur assemblage. Celles qu’on avait étaient sèches, et donc à relubrifier.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le barillet de montre : comment le démonter, le nettoyer, le lubrifier et le remonter

Si ces deux roues ne sont pas assez (ou trop) huilées, il peut y avoir un « problème ». L’armage du mouvement par la masse se fera sans soucis. Par contre si vous armez manuellement, la masse se mettra à tourner (Voir dans la vidéo). Cela augmentera le couple pour armer le mouvement via la tige. Et par conséquent, accélèrera l’usure de certains autres composants.

Dans la vidéo on vous donne une astuce pour lubrifier ce type de roue sans avoir besoin d’acheter un lubrifiant spécial. Un mélange d’huile et de benzine. Pour les quantités, je dose à l’œil. De plus, la quantité très faible de benzine s’évapore assez vite. Il est donc difficile de vous donner une valeur précise.

La fonction

L’armage du mouvement par la tige, comme évoqué dans l’article du remontage du mouvement de base, était assez dur. Et après avoir ajouté la partie automatique, pas de changement significatif. Car après le montage de cette partie, l’armage manuel pourrait être plus dur s’il y avait un souci de montage ou de lubrification.

L’emboitage

Là encore pas de difficultés rencontrées lors de l’emboitage du mouvement. Vous remarquerez peut-être que le saut de date ne se fait pas à minuit pile mais à 0h01… Si cela vous arrive et que c’est un problème pour vous, il vous faudra enlever l’aiguille des minutes et recommencer. Pour ma part, ce décalage minime me convient parfaitement.

Sur ma MIDO, que je n’ai encore pas démontée, la date saute à 23h56… Donc je préfère qu’elle passe très légèrement après minuit, qu’avant.

Conclusion

Pour finir, cette dernière fonctionne très bien. On aurait pu changer d’autres composants pour encore améliorer ses performances chronométriques (comme l’axe de balancier, par exemple). Mais pour limiter les frais et au vu de ses performances très satisfaisantes, la révision de cette montre s’arrête là.

En terme de coût des composants, cet entretien revient à environ 65 euros.

Sur 48h de porté, la montre est parfaitement à l’heure par rapport à celle de mon téléphone qui me sert de référent.

En attendant la suite, on vous invite, comme toujours à nous suivre sur les réseaux, à vous abonner à notre chaine Youtube et évidement on vous souhaite d’être toujours à l’heure!! 😉

Si vous avez aimé, vous êtes libre de le partager...

Un avis, une idée , une question... Laissez nous un petit mot!